Mon parcours pour devenir freelance en communication digitale

En septembre 2020, je quitte mon confortable poste de chargée de communication au Crous de Paris pour me mettre à mon compte. 
Pourquoi ai-je quitté mon job ? Quels diplômes ai-je obtenu pour en arriver là ? Pourquoi suis-je spécialisée en communication culturelle ?

Bref, je vous raconte tout.
Cet article s’adresse spécialement aux étudiants ou futurs étudiants qui ne savent pas encore ce qu’ils souhaitent faire de leur vie et quelles études/orientations entreprendre. En effet, vous allez vite constater que mon parcours est quelque peu atypique ce qui ne m’a pas empêché d’avoir le job de mes rêves aujourd’hui ! 

2012 : année du bac et des premières décisions

J’ai 18 ans et j’ai obtenu un baccalauréat technologique STMG (Sciences et Technologies du Management et de la Gestion) spécialité marketing. Hé oui, il ne faut pas sous-estimer les baccalauréats technologiques, bien au contraire. Il te permet très tôt d’apprendre des concepts plus concrets tels que le droit, les règles d’économie et les premières ficelles du marketing.
Quand j’étais plus jeune, j’avais cruellement besoin de concret dans mes études car je n’arrivais pas à me projeter quand je passais mes journées à apprendre des théories mathématiques. Ce n’est pas pour autant que je ne sais ni compter ni lire (ouh les vieux clichés sur les STG).
Mon objectif en rentrant dans un parcours technique était, par la suite, de m’inscrire dans une école de communication. Je ne pourrais pas expliquer pourquoi je souhaitais déjà m’orienter dans des études de communication. Peut-être que cela était dû au fait qu’un jour, j’ai entendu dire de la part de mon professeur principal que je devrais travailler dans ce secteur car j’avais un certain bagout et que j’ADORAIS bavarder en classe. Mais je ne crois pas que c’était un réel conseil d’orientation … ! 
Toujours est-il qu’après avoir obtenu mon bac avec mention (héhé), je ne m’inscris pas en école de com’ mais … à la faculté de Lettres d’Aix-en-Provence pour une licence en histoire de l’art et archéologie. 
Oui je sais c’est assez étrange ! Mais ce que je vous ai pas dit c’est que lorsque j’étais enfant j’avais un rêve : devenir archéologue (même mon journal Diddle me le rappelle).

Mes premières années en tant qu’étudiante

Après avoir négocié avec mes parents, me voilà partie pour la fac pour 1 an : 1 an pour découvrir la vie d’étudiante et suivre des cours d’archéologie pour voir si finalement ce rêve de gosse pouvait se concrétiser. Au pire, après cette année, je partais en école de communication.
Et vous savez quoi ? J’ai tout simplement adoré mes années en licence. J’ai fait beaucoup (trop) la fête, j’ai rencontré des gens géniaux mais je me suis surtout découvert une vraie passion pour les Arts. Durant ces années en licence, j’ai fait des stages en archéologie et en tant que médiatrice culturelle.

À lire : En quoi la médiation culturelle a-t-elle influencé mon métier de communicante ?

Mon départ pour la capitale

En 2016, après ma licence en histoire de l’art et archéologie et mes nombreuses expériences au sein de musées, je pars à la capitale en master Direction et conception de projets culturels à la Sorbonne Nouvelle Paris 3.
Moi, à la capitale, autant vous dire que je ne m’en serais jamais doutée ! Cela semblait un peu inaccessible selon moi, surtout dans un secteur aussi fermé que celui de la culture. Néanmoins, j’arrive à y faire ma place. Durant cette quatrième année d’étude, j’apprends le métier de chargée de projets culturels.
En quoi cela consiste-t-il ? On apprend concrètement à organiser et planifier un événement culturel quel qu’il soit. De l’idée en passant par sa conception et en finissant par sa réalisation, nous sommes à toutes les étapes d’un projet. 
L’un de mes cours concerne la communication culturelle. On m’y enseigne les stratégies de communication dans un musée, en quoi cela peut différer d’un autre établissement, les objectifs, les contraintes, les avantages, etc. C’est une révélation ! Enfin, un domaine où je peux allier deux secteurs qui me passionnent : la communication et la culture.

En 2017, en parallèle à ma 5ème année d’étude en muséologie et nouveaux médias à la Sorbonne Nouvelle Paris 3, je deviens volontaire en service civique au service de l’action culturelle de ma fac.
Durant 6 mois, je mets en place des stratégies social média sur les réseaux sociaux du service, je publie des articles et mets à jour des informations pratiques sur le site internet, je coordonne des projets artistiques avec des différents acteurs, etc. Mes missions sont diverses et me permettent de mettre en pratique ce que j’ai pu apprendre durant mes cours.
Je commence également à développer mon réseau à l’approche de la vie active : j’alimente mon compte Linkedin, suis plus active sur Twitter et Instagram. Grâce à ce petit réseau, la responsable communication du Crous de Paris me contacte et me suggère de postuler au poste de chargée de communication dans son service ! Après avoir passé les différentes étapes de recrutement, me voilà embarquée dans la grande machine du Crous de Paris dès juin 2018 ! 

2018 – 2020 : mes années de salariat

Je suis restée en poste durant 2 ans. Grâce à la polyvalence du poste, j’ai pu apprendre toutes les ficelles du métier : community management des comptes officiels, administration du site internet officiel, gestion et organisation d’événements, relations publiques, communication interne, conception de supports de communication web et print, etc. Je suis à l’aise et autonome sur plusieurs champs d’actions.
Néanmoins, je commence à en avoir assez des lourdeurs administratives et des validations qui prennent 3 jours alors que la communication numérique progresse et évolue toutes les minutes. Durant les derniers mois de mon contrat, je commence à m’enraciner dans un quotidien que je ne souhaite plus.
J’ai envie de me challenger et sortir de ma zone de confort. Et, par-dessus tout, la culture me manque. J’ai envie de mettre à profit toutes mes compétences en communication digitale pour des acteurs de la culture, secteur qui me passionne et que j’affectionne. 

2020 : l’année des grands changements et des premiers constats

Malgré la crise sanitaire qui frappe le monde, j’ai quand même pris la décision de quitter mon poste pour me lancer à mon compte. Je quitte également Paris pour la douceur de vivre de Marseille, ma ville natale.
Et vous savez quoi ? Je ne le regrette absolument pas ! Je suis challengée tous les jours. J’apprends et me forme à de nouveaux domaines tels que les joies de la comptabilité (youpi!). J’échange et rencontre des personnes passionnées. 

À toutes les personnes qui cherchent encore leur voie dans le milieu professionnel : il ne faut absolument pas vous mettre la pression et suivre au mieux votre instinct.
Si vous avez une passion ou un rêve (atteignable hein!) essayez de le concrétiser, quitte à revenir sur vos pas par la suite. Reculer pour mieux sauter, comme on dit ! Croyez en vous et vos capacités, il n’y a personne de mieux qualifié que vous pour savoir ce qui vous anime et ce que vous souhaitez réellement faire de votre vie. Et si malgré tout vous doutez de vous, sachez que des personnes sont formées pour vous accompagner. Donc, parlez-en autour de vous !

Ce qui compte ce n’est pas ce que l’on fait dans sa vie, c’est que l’on fait de sa vie.

Et vous, quel est votre parcours universitaire ? Votre rêve d’enfant ? L’avez-vous concrétisé ?

On se retrouve sur Instagram pour échanger sinon laissez un commentaire 👇

Qui suis-je ?

Je m’appelle Bérénice et suis social media manager. Mon objectif est d’aider divers acteurs de la culture à développer leur notoriété par le biais de la communication digitale.

Au quotidien, j’élabore des stratégies social media, je crée du contenu sur les réseaux sociaux et les sites internet, j’analyse les audiences et les indices de performances afin d’affiner la stratégie de communication. 

Je suis également amenée à conseiller, former et accompagner des entrepreneurs qui souhaitent devenir autonomes sur les réseaux sociaux. Grâce à des coachings personnalisés, je contribue au développement de leur activité d’entrepreneur. 

Et enfin, j’écris des articles sur les sujets qui me passionnent avec “J’peux pas, j’ai musée”. Je partage aussi ma vie de freelance et des conseils et astuces en communication digitale et marketing de contenu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s